Utilisation de poison contre le scarabée japonais à Kloten : Où va-t-on ? - Partie 1 : Toxicité humaine

Le scarabée japonais est gracieux, mais vorace. Dans le nord de l'Italie et au Tessin, il colonise bientôt un territoire aussi grand que la Suisse. Lorsque le scarabée du Japon a été repéré à Kloten cet été, il y a eu un grand tollé. En réponse, un moyen de lutte drastique a été utilisé sans grande discussion : L'acétamipride. Le fait que ce poison puisse également être dangereux pour l'homme n'a guère été évoqué. Nous traitons la thématique du scarabée japonais en trois parties, en mettant l'accent sur la toxicologie humaine (présente), la toxicologie environnementale et les méthodes alternatives de gestion de l'insecte rampant (ultérieure).
Gifteinsatz gegen den Japankäfer in Kloten. Quelle:
décembre 12, 2023
Solène Schaub

Ce qui s’est passé jusqu’ici

Cet été, une petite population de coléoptères japonais a été trouvée dans des pièges à phéromones à Kloten (pour la chronologie, voir le graphique ci-dessous). Pour éviter la propagation de l’insecte, des filets préparés avec du poison ont été installés et toute la végétation de la zone centrale a été pulvérisée avec un poison puissant, l’acétamipride. Le poison a même été pulvérisé sur des aires de jeux pour enfants. Plus tard, les surfaces du centre d’infestation ont en outre été arrosées avec de l’eau enrichie en nématodes. Les nématodes (vers nématodes) sont censés détecter les larves de coléoptères dans le sol, y pénétrer et les tuer en sécrétant une bactérie. Fin octobre, malgré les traitements, quelques larves de coléoptères ont été trouvées dans le sol [1]. Le succès des mesures appliquées ne sera toutefois visible qu’au printemps prochain, lorsque les nouveaux coléoptères émergeront (ou non).

Aperçu de la situation du coléoptère du Japon et des mesures prises en Suisse.

Le scarabée du Japon – un fléau au cours des premières décennies, puis une nuisance

Comme la chrysomèle des racines du maïs, le coléoptère japonais (Popilla japonica) est un organisme dit de quarantaine et est donc soumis à déclaration et à lutte obligatoire (tant en Suisse que dans l’UE). Appartenant à la famille des scarabées à cornes, ce coléoptère d’environ 1 cm de long est originaire du Japon. Les 5 touffes de poils blancs de chaque côté sont caractéristiques (voir photo). [2]

Scarabée japonais mâle. Source: Gilles San Martin, https://gd.eppo.int/taxon/POPIJA/photos

Le hanneton du Japon est une version turbo et gloutonne du hanneton de la St-Jean : il produit chaque année une génération (environ 50 œufs par femelle), tandis que la larve de hanneton vit dans le sol pendant 3 à 5 ans avant qu’un nouveau hanneton n’apparaisse. Comme le hanneton, il s’attaque aux feuillus, mais aussi à des centaines d’autres espèces végétales. Il doit sa flexibilité alimentaire à un estomac particulier qui neutralise les défenses des plantes au moyen d’enzymes [3]. Aux États-Unis (230x la superficie de la Suisse), où le coléoptère est présent depuis 1916, la « Japanese beetle management » coûte désormais 460 millions de dollars par an. La moitié des dégâts sont causés par les vers blancs, qui rongent les racines des herbes sous les prairies ou les pelouses [4]. En surface, les adultes mangent les feuilles, les fleurs et les fruits [5].

En 2014, le scarabée du Japon a été découvert près de Milan, en Lombardie. Depuis, la surface infestée double tous les 1 à 2 ans. En 2022, la zone infestée couvrait déjà 16 000 km2 et atteindra à peu près la taille de la Suisse en 2024. Parmi les plantes cultivées, les vignes sont volontiers attaquées. Dans le Piémont, 200 à 300, voire 1’000 coléoptères peuvent ronger un plant de vigne et littéralement squelettiser les feuilles. La valeur attendue des dégâts est de 2 700 euros par hectare de vigne [6].

Aux États-Unis, où le problème existe depuis longtemps, les coléoptères sont devenus un véritable fléau au cours des premières décennies suivant l’immigration, avant de s’affaiblir jusqu’à devenir une nuisance. [4]. Apparemment, après un certain temps, l’écosystème a pu s’adapter aux coléoptères et trouver un nouvel équilibre.

Le potentiel de dégâts élevé attendu sur les plantes hôtes est la raison pour laquelle le coléoptère du Japon a été immédiatement combattu à Kloten. Pour l’éradication des coléoptères, on a finalement misé sur un super-toxique absolu, le néonicotinoïde acétamipride.

Néonicotinoïdes : ces insecticides agissent sur le système nerveux des insectes. Ce sont des poisons à action systémique, c’est-à-dire que les plantes intègrent le poison dans chacune de leurs cellules (racines, tiges, feuilles, pollen, fruits, etc.). Cela nuit à tous les animaux qui mangent des parties de la plante, sucent son nectar ou récoltent son pollen.[7] Hormis l’acétamipride, tous les autres néonicotinoïdes ont été bannis de l’agriculture en 2021. La raison en est notamment sa grande toxicité pour les abeilles, les bourdons et les abeilles sauvages [8].

Il y a de plus en plus de preuves scientifiques que les néonicotinoïdes n’attaquent pas seulement le système nerveux des insectes, mais aussi celui des animaux et des hommes. Même une faible concentration de toxines peut se lier aux récepteurs de notre cerveau et entraîner des anomalies de la reproduction ou des lésions du foie et des reins [9]. D’autres études ont montré que les néonicotinoïdes sont liés à des maladies telles que la leucémie, les ruptures cérébrales, l’insuffisance respiratoire et la tuberculose pulmonaire, [10] et qu’ils traversent librement le placenta et peuvent donc être transmis de la mère à l’enfant avant la naissance. [11].

L’acétamipride – nocif pour les humains ?

L’acétamipride est peu stable dans l’environnement par rapport aux autres néonicotinoïdes (demi-vie dans le sol de 1 à 55 jours). C’est sans doute la raison principale pour laquelle l’acétamipride est le dernier néonicotinoïde à être encore autorisé dans l’agriculture. La bonne dégradabilité de la substance mère (acétamipride) ne signifie malheureusement pas que l’alerte est levée, car le principal produit de dégradation (N-desméthyl-acétamipride = IM-1-5) est non seulement très persistant (demi-vie dans le sol de 320 à 660 jours), mais aussi toxique pour l’homme. [12]. De plus, l’IM-1-5 s’infiltre facilement dans les eaux souterraines. Ainsi, pour l’évaluation de la toxicité humaine, il faut considérer non seulement l’acétamipride, mais aussi l’IM-1-5.

Acétamipride :

Une évaluation des risques réalisée en 2016 par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) classe l’acétamipride dans la catégorie 2 des substances cancérogènes. [12]. Dans une étude de suivi (2021), on constate qu’il manque des éclaircissements pour savoir si l’acétamipride est un perturbateur endocrinien (c’est-à-dire un poison hormonal qui agit déjà à de faibles concentrations). Voir l’article de blog sur les perturbateurs endocriniens) Cette clarification est aujourd’hui « state of the art ». Elle n’a jamais été réalisée pour l’acétamipride selon les prescriptions de la législation européenne sur les produits phytosanitaires.

Cependant, il existe déjà des indications claires issues de la recherche. Les toxicologues de l’Université de Nitra (Slovaquie) constatent que les produits de la pêche ne sont pas toxiques :

« Dans le système reproducteur féminin, l’acétamipride entraîne des modifications pathomorphologiques dans les follicules ainsi que des modifications métaboliques dans les ovaires ». [13]

D’autres études ont montré que l’acétamipride provoquait des dommages à l’ADN chez l’homme [14] ou leurs métabolites (produits de dégradation) ont été trouvés dans le cerveau d’enfants. [11]. On peut donc tout à fait parler d’un danger sérieux de ce poison pour l’homme.

IM-1-5 :

Le métabolite IM-1-5, qui pénètre dans les eaux souterraines, a été classé par l’EFSA comme toxique en raison de sa grande toxicité. [12]. Malheureusement, les dossiers de l’EFSA ne permettent pas de savoir en quoi elle consiste exactement. Il est possible qu’il soit cancérigène comme la substance mère ou qu’il soit un perturbateur endocrinien. En Suisse, l’autorité d’homologation (OFAG) devrait disposer de ces dossiers d’enquête. Comme elles ne sont pas publiques, nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment.

Quel est le degré de dangerosité de la situation à Kloten ?

La plupart des applications de pesticides – et le cas de Kloten ne fait pas exception – présentent un risque de dérive. Cela signifie que les gouttelettes de pesticides sont transportées par les mouvements d’air et le vent vers les personnes ou dans les maisons. Ensuite, l’acétamipride se répand sur le sol, parfois directement lors de la pulvérisation ou parce qu’il est ensuite lessivé par la pluie. Il s’y transforme ensuite en IM-1-5 en quelques semaines ou mois.

L’IM-1-5 est facilement soluble dans l’eau, [14]s’infiltre dans le sol avec les eaux de pluie jusqu’à la nappe phréatique et migre avec celle-ci. La situation devient critique ici, car deux captages d’eau souterraine se trouvent dans la zone du foyer d’infestation à Kloten. Bien qu’aucun poison n’ait été répandu dans leurs zones de protection, il existe un risque que le poison soit transporté par le courant d’eau souterraine de la zone infectée vers les captages d’eau potable. A Kloten, la vitesse d’écoulement de l’eau souterraine devrait être de quelques mètres par jour, comme c’est généralement le cas dans les roches meubles. La zone de protection d’environ 200 m de large est ainsi traversée en quelques mois. Les zones de protection des eaux souterraines ne protègent donc pas contre les apports de pesticides. Ils ne sont d’ailleurs pas conçus pour cela, mais pour tenir à distance les charges microbiennes.

Carte Kloten. Surface rouge = foyer d’infestation (correspond aux limites de la ville). Point rouge = installation sportive Stighag, dans les environs de laquelle de l’acétamipride a été pulvérisé. Bleu foncé = zone de protection des eaux souterraines S1. Bleu clair = zone de protection des eaux souterraines S2. Orange = zone de protection des eaux souterraines S3. Représentation propre avec des données de https://maps.zh.ch/

Jusqu’à présent, on ne sait pas si la ville de Kloten prévoit une surveillance ciblée des valeurs limites prescrites (0,1 µg/litre pour l’acétamipride et ses métabolites) [15]. Comme on ne sait pas encore si l’acétamipride et l’IM-1-5 sont des perturbateurs endocriniens, le principe de précaution devrait s’appliquer ici et une surveillance, notamment de l’IM-1-5, devrait en tout cas être effectuée.

Comme le service phytosanitaire de Zurich n’a pas pu (ou voulu ?) nous donner des informations sur les quantités appliquées et que divers facteurs inconnus jouent un rôle, il est difficile d’évaluer les risques de manière définitive. L’association sanspoison recommande toutefois fortement de contrôler les eaux souterraines des deux captages à partir de l’année prochaine (2024) afin de permettre une meilleure évaluation du risque pour la santé de la population.

Sources:

[1] https://www.zsz.ch/japankaefer-konnte-eier-ablegen-erste-larven-entdeckt-trotz-anti-kaefer-aktion-in-kloten-375990923984 (03.11.2023)

[2] Strickhof (2023): Der Japankäfer.

[3] https://de.wikipedia.org/wiki/Maikäfer und https://de.wikipedia.org/wiki/Japankäfer (04.11.2023)

[4] The New York Times (2021): The Japanese Beetles Are Back (04.11.2023)

[5] Agroscope (2023): Japankäfer

[6] Abschätzung anhand der Angaben in: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/finsc.2023.1176405/full und https://www.popillia.eu/blog/updated-interactive-map-of-the-japense-beetle (04.11.2023)

[7] Umweltinstitut München e.V. : Das Insektensterben nimmt dramatische Ausmaße an

[8] Vgl. zum Beispiel für das Neonicotinoid «Imidacloprid»: EFSA (2016): Peer review of the pesticide risk assessment of the active substance acetamiprid

[9] Beyond Pesticides (2023): Neonicotinoid Insecticides Adversely Affect Nervous System Health, According to Study

[10] Jing Li et al. (2022): Detection of Neonicotinoid Insecticides and Their Metabolites in Human Cerebrospinal Fluid

[11] Zhang et al. (2022): Neonicotinoid Insecticides and Their Metabolites Can Pass through the Human Placenta Unimpeded

[12] EFSA (2016): Peer review of the pesticide risk assessment of the active substance acetamiprid

[13] Zušcíková, et al. (2023): Screening of Toxic Effects of Neonicotinoid Insecticides with a Focus on Acetamiprid: A Review

[14] Phogat, et al. (2022): Toxicity of the acetamiprid insecticide for mammals: a review

[15] TBDV Anhang 2

Newsletter

Bleib informiert über aktuelle Themen