Utilisation de poison contre le scarabée japonais à Kloten : Où va-t-on ? - Partie 2 : Toxicité environnementale

Dans notre dernier article de blog, nous avons évoqué les effets de l'acétamipride sur la santé humaine. Nous allons maintenant voir comment le poison affecte l'environnement et ses animaux.
décembre 20, 2023
Solène Schaub

Fin juillet de cette année, l’insecticide acétamipride a été utilisé à Kloten comme moyen de lutte contre le scarabée du Japon. Le néonicotinoïde est un poison à large spectre très efficace contre les insectes et a également des effets nocifs sur l’homme (pour des explications plus détaillées, voir le dernier article de blog). Dans cet article, nous procédons à une évaluation des risques en matière d’écotoxicité. Elle s’appuie principalement sur l’examen par les pairs réalisé par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) en 2016 [1]. L’EFSA a étudié la sensibilité de différents groupes d’organismes (comme toujours malheureusement sans les amphibiens) à l’application d’acétamipride sur les pommes de terre, les tomates et les fruits à pépins. Dans le cas de Kloten, le poison a toutefois été pulvérisé sur une large surface et sur l’ensemble de la végétation. Ainsi, la situation issue de l’examen par les pairs n’est pas tout à fait la même que celle de Kloten (les estimations de l’EFSA sont plutôt conservatrices pour le cas de Kloten). De plus, il est difficile de procéder à une évaluation définitive des risques, car le service phytosanitaire de Zurich ne nous a pas fourni d’informations sur la quantité de poison épandue, malgré nos demandes répétées. Il serait important de le savoir, car l’impact sur l’environnement dépend fortement de la quantité utilisée.

Combien de temps l’acétamipride reste-t-il dans l’environnement ?

La valeur DT50 est utilisée par défaut comme indicateur de la persistance (résistance à la dégradation) d’un composé chimique. DT50 (signifie dissipation time) indique la durée pendant laquelle 50% de la substance s’est dégradée. Parfois, on utilise aussi le DT90, c’est-à-dire une diminution de 90% de la substance. En général, ce processus est mesuré dans le sol. La dégradation d’une substance, ou le temps de réaction des processus biochimiques en général, dépend fortement de la température, du pH, de l’aération du sol (teneur en oxygène) et d’autres paramètres. C’est pourquoi cette valeur n’est pas fixe, mais varie en fonction des conditions environnementales. La fourchette des valeurs DT50 mesurées pour l’acétamipride et ses métabolites (c’est-à-dire les produits de dégradation qui sont à leur tour transformés en d’autres produits de dégradation) est indiquée ci-dessous. [1]

Acétamipride : DT50 = 0,8 – 54,5 Tage

IM-1-2 : DT50 = 1,6 – 1,9 jours

IM-1-4 : DT50 = 2,3 – 146 jours

IM-1-5 : DT50 = 319 – 663 jours

La dégradabilité particulièrement difficile du métabolite IM-1-5 (abréviation de N-desméthyl-acétamipride) est frappante.

Évaluation des risques de l’EFSA concernant …

Mammifères :

  • Faible risque aigu
  • Risque élevé à long terme pour les petits mammifères herbivores et les mammifères frugivores.
  • Il y a un manque de données

Les oiseaux :

Abeilles :

  • Faible risque pour les abeilles et les bourdons
  • Faible risque lié aux métabolites, car on s’attend à une faible exposition
  • Manque de données pour les effets sublétaux
  • La pertinence au niveau de la population est difficile à estimer [2]
  • Une étude récente a constaté des changements de comportement chez les bourdons à de faibles concentrations [3]
  • Les bourdons pourraient être plus sensibles que les abeilles domestiques

Organismes aquatiques :

  • Risque élevé pour les insectes aquatiques
  • Risque moyen pour le zooplancton comme la grande puce d’eau [4]
  • Faible risque d’algues et de plantes aquatiques.
  • Manque de données pour les Naididae (= vers vivant dans l’eau)
  • Risque faible pour les poissons, mais il existe un manque de données pour les poissons indigènes.
  • Chez les espèces de poissons non indigènes, une exposition à long terme a entraîné une féminisation et des troubles de la reproduction, ainsi que le transfert du poison et de ses métabolites à la descendance, chez laquelle il a provoqué des troubles du développement.[5] À des concentrations plus élevées, les embryons de poissons ont présenté divers effets sublétaux (malformations, fréquence cardiaque, longueur du corps, modification des mouvements spontanés et des réactions au toucher) et létaux.[5] Un risque pour nos poissons indigènes n’est donc pas à exclure.
  • On ne sait pas si l’acétamipride est un perturbateur endocrinien pour les poissons

Arthropodes non ciblés :

  • Les arthropodes non ciblés ou utiles sont les arthropodes (insectes, mille-pattes, crustacés, arachnides) qui sont « utiles » à l’homme et qui ne doivent donc pas être affectés par l’insecticide.
  • Risque élevé pour les acariens prédateurs et les guêpes de pucerons dans la zone d’application du poison
  • On ne sait pas encore si les espèces concernées pourront se rétablir dans un délai écologiquement significatif.

Macro-organismes du sol :

  • Faible risque pour les vers de terre, bien que la représentativité soit controversée

Conséquences pour l’écosystème

Les effets nocifs constatés de l’acétamipride sur les espèces non ciblées peuvent avoir des conséquences non seulement au niveau individuel, mais aussi sur l’ensemble de l’écosystème. L’exemple du zooplancton (dont fait partie la grande puce d’eau) illustre bien ce phénomène. Le zooplancton joue un rôle important dans la dynamique des eaux, car d’une part il contrôle les populations d’algues et de bactéries en les mangeant, et d’autre part il sert lui-même de source de nourriture pour d’autres animaux comme les poissons et sécrète des nutriments dissous [7]. Il existe une interaction complexe entre les différentes espèces animales et les nutriments. Si un élément du réseau alimentaire change, cela peut avoir des conséquences sur l’ensemble du système. Des changements dans les populations de zooplancton peuvent donc entraîner des changements dans l’ensemble du système aquatique. Il en va de même pour divers insectes aquatiques.

Nos oiseaux indigènes sont soumis à une énorme pression en raison de la perte d’habitat, de la pénurie de nourriture et du changement climatique. 40 % des oiseaux nicheurs de Suisse figurent sur la liste rouge.[8] Les oiseaux ont pourtant une fonction importante dans l’écosystème, car ils mangent les parasites, pollinisent les fleurs, répandent les graines, recyclent les charognes et sont donc impliqués dans tout le cycle des nutriments.[9] Les résultats de l’évaluation des risques de l’EFSA, ainsi que les conclusions d’études menées avec d’autres néonicotinoïdes et des organophospates aux effets similaires (par exemple, les oiseaux chanteurs ont perdu leur sens de l’orientation ou ont souffert de pertes de condition physique en cas de faible absorption d’imidaclopride ou de chlorpyrifos),[10]permettent de conclure que l’épandage de poison à Kloten renforce la pression déjà existante sur nos populations d’oiseaux.

L’absence d’évaluation dans l’examen par les pairs de l’EFSA pour les amphibiens est très regrettable, car la situation de ce groupe d’organismes en Suisse est encore pire que celle des oiseaux. 79% d’entre eux figurent sur la liste rouge[11] et la protection des amphibiens et de leurs habitats fait l’objet d’efforts de la part de nombreuses organisations de protection de la nature. Il serait donc important de pouvoir exclure tout risque, en particulier pour les groupes d’animaux déjà menacés. Pour l’évaluation des risques, il n’est pas possible de se baser sur la toxicité pour les poissons, car les amphibiens se trouvent également sur la terre ferme et parfois dans les cultures traitées aux pesticides. Là, ils absorbent les substances nocives via leur peau humide ou des insectes contaminés.

Qu’est-ce que cela signifie pour le cas de Kloten ?

Les résultats ci-dessus montrent clairement que différents groupes d’organismes peuvent être affectés par une exposition à l’acétamipride. Pour le cas de Kloten, nous voyons un potentiel de menace en particulier pour les habitats aquatiques. Ceci parce que les êtres vivants aquatiques (en particulier les insectes aquatiques) sont particulièrement sensibles au poison et que, simultanément, plusieurs cours d’eau (Nägelimoosweiher, tronçons de l’Altbach et du Rübisbach) se trouvent à proximité immédiate de la zone d’utilisation du poison (voir carte). Le risque est en outre accru car il a plu assez fortement pendant ou après l’épandage du poison à Kloten, ce qui a permis le lessivage de l’insecticide bien soluble dans l’eau ou du métabolite IM-1-5 déjà formé et très soluble dans l’eau (voir graphique quantité de précipitations). En outre, il n’est pas clair si la distance prescrite de 20 m par rapport aux eaux de surface[12] a été respectée lors de l’application du poison.

Carte Kloten. Surface rouge = foyer d’infestation (correspond aux limites de la ville). Point rouge = installation sportive Stighag, dans les environs de laquelle de l’acétamipride a été pulvérisé. Bleu = eaux de surface. A = Altbach. R = Rübisbach. N = Nägelimoosweiher. Représentation propre avec des données de https://maps.zh.ch/

Précipitations mesurées à la station météorologique de Kloten au cours des 2 semaines suivant l’épandage de poison (en rouge). Données : MétéoSuisse

Etant donné que, selon l’EFSA, les oiseaux et les petits mammifères herbivores sont également très menacés, nous considérons que l’épandage de poison à Kloten présente également un risque réel dans ce domaine. L’application d’acétamipride à grande échelle met ces animaux en danger, tant par l’épandage direct que par la dérive. Par rapport au rapport de l’EFSA, le risque est en outre plus élevé pour les êtres vivants vivant dans l’air et les insectes, car le poison a été pulvérisé non seulement près du sol, mais aussi dans la cime des arbres.

Selon le service phytosanitaire de Zurich, l’évaluation de la quantité épandue est « très loin dans la liste des priorités ». Es bestehen also weiterhin keine Angaben über die verwendeten Acetamipridmengen, was eine endgültige Risikoabschätzung schwierig macht. Comme pour les eaux souterraines, il serait important et intéressant de mesurer l’année prochaine les concentrations d’acétamipride et de ses métabolites dans les eaux de surface (en particulier dans les trois cours d’eau mentionnés). Si à l’avenir, en cas d’éventuelles nouvelles populations de coléoptères du Japon à Kloten ou sur d’autres sites en Suisse, l’acétamipride est à nouveau utilisé à grande échelle, l’écosystème risque d’être déstabilisé. Déclenché par une mesure censée sauver l’écosystème.

Newsletter

Bleib informiert über aktuelle Themen