Les PFAS, coformulants dangereux des produits phytosanitaires, polluent l'environnement

Un groupe de produits chimiques à base de fluor (PFAS), jusqu'ici à peine remarqué mais largement répandu, donne du fil à retordre aux spécialistes et aux autorités. Des études de la ZHAW et du canton de Saint-Gall montrent que nos sols et nos eaux sont largement pollués par les PFAS. Les PFAS sont difficilement dégradables et sont donc considérés comme des "produits chimiques éternels". Ils s'accumulent dans l'environnement et dans la chaîne alimentaire et sont dangereux pour l'homme et l'animal. Les PFAS sont présents dans de nombreux produits de la vie quotidienne. Ils sont même apparemment ajoutés aux produits phytosanitaires ; en tant que soi-disant coformulants qui ne nécessitent pas d'autorisation. sanspoison demande que tous les produits phytosanitaires soient testés sur les PFAS et, le cas échéant, retirés du marché.

19. April 2023, Georg Odermatt

Le groupe de substances des PFAS (composés alkyles per- et polyfluorés) comprend plus de 10’000 composés différents. La ZHAW de Wädenswil a maintenant analysé et évalué pour la première fois de manière systématique les teneurs de 32 composés PFAS dans les sols suisses. Les deux composés PFOA (acide perfluorooctanoïque) et PFOS (acide perfluorooctanosulfonique) ont été trouvés dans les 146 échantillons de terre végétale (figure 1). Les mesures n’ont pas porté sur des sites « suspects », mais sur des sols « normaux » dans tout le pays. Au total, 80% des sols contenaient entre 0,5 et 4,1 microgrammes de PFAS par kilogramme de sol (poids sec). 4,1 microgrammes correspondent à 441 grains de sucre. C’est une grande quantité. Le plus fréquent était l’acide perfluorooctane sulfonique (PFOS), un produit hautement toxique [1].

. Le canton de Saint-Gall a analysé 55 ruisseaux et rivières et a trouvé des PFAS dans les trois quarts d’entre eux à une concentration supérieure au critère de qualité chronique de 2 nanogrammes/litre. Deux nanogrammes (environ 1/100e de grain de sucre) peuvent sembler faibles, mais la toxicité du PFAS est malheureusement si élevée qu’elle est déjà préoccupante pour les animaux aquatiques ou les humains. Quatorze PFAS différents ont été détectés dans des truites de rivière analysées. Environ un tiers des poissons présentaient une concentration de SPFO pouvant être problématique pour les oiseaux et les mammifères piscivores. [2]

Mais quelles sont les sources ? Les PFAS ont été et sont utilisés presque partout. Il existe littéralement des milliers d’applications, par exemple dans le papier sulfurisé, le fart de ski, les climatiseurs, la mousse anti-incendie, les vêtements, les entreprises de galvanisation.

Mais l’une des utilisations les plus néfastes est sans doute l’ajout aux produits phytosanitaires (PPP) en tant que « coformulant », ce qui ne nécessite même pas d’autorisation, l’État n’étant pas assez vigilant. Dans les produits phytosanitaires, les PFAS servent d’agents mouillants ou empêchent la formation de mousse dans le pulvérisateur. L’épandage des PPP sur les terres cultivées permet de les disperser très « efficacement » dans l’environnement. L’infiltration contamine également les nappes phréatiques et l’eau potable [3]. On ignore actuellement quelle proportion des PFAS présents dans les sols provient de l’utilisation de produits phytosanitaires. On ignore également quels étaient les PFAS présents dans les PPP et quels sont ceux qui le sont encore aujourd’hui, car seules quelques-unes des 10 000 variantes différentes sont interdites.

L’association OhneGift demande donc que

  • les quelque 4’000 produits phytosanitaires différents actuellement autorisés soient analysés quant à la présence de PFAS
  • l’utilisation des PFAS dans les produits phytosanitaires soit interdite
  • les coformulants des produits phytosanitaires sont soumis à autorisation, sauf s’il s’agit de substances dont l’innocuité est prouvée (liste positive)
  • de déterminer la part de la contamination des sols par les PFAS qui provient des produits phytosanitaires. Pour ce faire, il convient d’effectuer des analyses supplémentaires sur les PFAS effectivement utilisés dans les produits phytosanitaires, en plus des 32 PFAS étudiés (voir ci-dessus).

Les PFAS sont des molécules composées d’éléments de carbone, de fluor et parfois d’autres éléments. Il se caractérise par le fait que les atomes de carbone portent chacun 2 à 3 atomes de fluor.

Acide perfluorooctane sulfonique

La liaison carbone-fluor est l’une des plus fortes de la chimie organique et rend le PFAS très stable et difficilement dégradable. Les PFAS ont une forte persistance et peuvent s’accumuler dans l’environnement et les organismes. Beaucoup sont toxiques et peuvent nuire à notre santé. Ils peuvent se retrouver dans nos aliments et finalement dans notre corps via la chaîne alimentaire. Les substances s’accumulent surtout dans les parties du corps riches en protéines, comme le sang et les organes bien irrigués comme le foie, les reins, mais aussi les testicules ou le cerveau ou encore le placenta, et se retrouvent donc aussi dans le lait maternel. Les PFAS peuvent rester dans le corps humain pendant de nombreuses années [4]. Une forte exposition aux PFAS peut entraîner des problèmes de santé tels que des taux de cholestérol élevés, des problèmes de thyroïde, des problèmes hépatiques et rénaux ainsi que des troubles hormonaux. Le risque de cancer lié aux PFAS est désormais considéré comme avéré. [5]

Dans un prochain article, nous aborderons plus en détail l’effet toxique.

Newsletter

Bleib informiert über aktuelle Themen